Le yoga : un espace pour tous

J’aime le yoga, mais je ne me sens pas à ma place dans un cours.

J’aimerais bien participer, mais je n’ose pas venir. Je ne me sens pas à l’aise en tenue de sport. Je me trouve trop grosse.

Faire partie d’une communauté

Avez-vous déjà entendu un proche, un ami, un membre de votre famille vous répondre ceci ? Ou bien vous êtes-vous déjà senti/e trop en décalage pour rejoindre un cours ? Connaissez-vous la sensation d’hésiter entre envie et malaise ?

Nombreuses sont les fois où j’ai entendu cela. Nombreuses sont aussi les fois où je me suis sentie gauche, maladroite, inadaptée. J’ai beau être prof. de yoga, je ne suis pas personnellement souple. Je me souviens le nombre de fois à être entrée dans une classe en me disant « oh, je n’aurais jamais dû venir, je vais vraiment avoir l’air raide ». Puis, lors de certaines poses telles que le grand écart, prier pour que personne ne remarque mon « imposture ! ».

Je ne suis pas souple. Je suis même la personne la plus raide que tu connaisses ! Je vais avoir l’air d’un nul !

J’ai une mauvaise coordination et ma mobilité est un peu limitée. Comment veux-tu que je suive un cours à ce rythme ?

La responsabilité de l’enseignant/e

J’ai été choquée de suivre des cours dans lesquels le professeur soupirait quand il venait vers moi pour m’ajuster, puis félicitait chaleureusement la personne à côté pour sa pose parfaite. Ou pire, appuyait fortement sur mon dos pour le faire enfin « entrer » dans la pose !

Première remarque : forcer le corps n’a jamais rendu quelqu’un ni plus souple, ni plus fort, ni plus mobile. Deuxième remarque fondamentale : chaque corps est différent. Chaque corps a son propre yoga. Nous pratiquons peut-être bien tous ensemble, mais nous pratiquons chacun à notre manière.

En tant qu’enseignant/e nous sommes garants de l’atmosphère du cours, ainsi que de la manière dont nous accueillons les élèves. Au final, le  yoga doit s’adapter à la personne ; l’enseignant aussi.

Je préfère suivre les cours en ligne, car avec mon déficit auditif, je ne comprends pas ce que la prof raconte, surtout avec le son juste à côté de moi.

As-tu vu les filles dans le studio ? Non, définitivement, je ne peux pas y aller. Regarde, je n’ai rien à voir !

Vers un yoga inclusif

Avez-vous déjà renoncé à un cours par difficulté d’intégration ou sensation de décalage ?  C’est tout-à-fait normal ! En effet, les médias et publicités se sont emparés du marché du yoga. Aussi, nous sommes exposés tous les jours à des stéréotypes dans lesquels il est, par définition, difficile de se reconnaître. Certes, la jeune yogini fine et blonde est bien représentée, de même que l’homme musclé blanc et tatoué : une bien maigre partie de la population donc.

Les images véhiculées par les médias ne représentent en rien la réalité du yoga au quotidien et surtout, ne doivent pas vous empêcher d’y trouver du plaisir. Vous y êtes à votre place. Le yoga est votre pratique.

Un cours de yoga inclusif à Genève

Les notions d’inclusivité et de bienveillance sont le centre de mon approche en tant qu’enseignante de yoga. Il me tient à cœur d’essayer de créer un espace chaleureux, convivial, dans lequel mes élèves ne se sentent pas en compétition.

Depuis début mai, j’ai ouvert un nouveau cours intitulé « yoga inclusif », en petit groupe. Dans ce cours je m’adapte vraiment à chaque personne et nous utilisons des aides comme les blocs, sangles, coussins, chaises, murs pour permettre à chacun de développer une pratique adaptée à ses possibilités et besoins.

Plus d’infos sur le cours de yoga inclusif
Yoga inclusif genève