Pour un yoga accessible !

 

L’accessibilité je baigne dedans.

J’y ai été plongée contre mon gré. J’ai failli m’y noyer. Quand ma vue a baissé à 22 ans, j’ai soudain découvert ce monde nouveau : le monde de l’accessibilité, ou plutôt du manque d’accès. Monde de FERMETURE, de RENONCEMENTS, de déceptions. D’EXCLUSION. D’isolement. N’ayons pas peur des mots.

Comment prendre le train, si je n’arrive pas à lire les destinations ? Comment commander à manger, si je ne peux pas lire le menu ?

Comment suivre ce cours de yoga, alors que le studio est tellement lumineux que je suis terriblement éblouie ? Puis-je demander à l’enseignante de baisser un peu les stores ? Et si elle me dit non, dois-je insister ? Vais-je passer pour arrogante si je porte mes lunettes de soleil à l’intérieur ? (…)

Voici un petit aperçu.

Si petit.

 

J’ai longtemps internalisé le problème. Je m’en suis tenue RESPONSABLE. J’ai avalé ma colère et ma déception d’être EXCLUE de bien des événements. D’être mise en marge.

Car avant le handicap, j’avais une vie normale. La liste des RENONCEMENTS est bien longue. Bien trop longue. Plongée dans ma propre histoire, je suis devenue de plus en plus défaitiste.

MON CORPS ÉTAIT LE PROBLÈME. Si le monde me montrait que je n’avais PAS MA PLACE, en raison DE MON CORPS, alors c’était mon problème.

 

L’accessibilité compte

#accessibilitymatters

Mais c’était un MENSONGE.

L’accessibilité ne me concernait pas que moi. Ce n’était pas mon problème mais un problème de société, qui concerne des millions de personnes. Pour des raisons différentes.

Ces autres personnes arrivaient peut-être à lire le menu au restaurant, mais peut-être ne pouvaient-elles pas si rendre, à cause de crises d’angoisse. Ou parce que la foule les épuisaient. Peut-être elles aussi, avaient dû quitter l’université, mais en raison de leur handicap auditif. Ou parce que les salles n’étaient accessibles que par des escaliers.

 

C’est là que j’ai compris.

L’accessibilité est POLITIQUE. Elle nous concerne tous. En tant que société, nous devons faire le choix conscient de REMETTRE L’HUMAIN AU CŒUR. Et non d’exclure.

 

Au coeur du yoga

Je me suis demandé comment je pouvais agir, à mon niveau. J’ai trouvé ma réponse dans la communauté extraordinaire qu’est le YOGA ACCESSIBLE. Bien au-delà des postures, cette communauté se soucie d’être au service de la communauté. D’offrir un espace préservé, un espace-ressource.

Par essence, le yoga est au service de la communauté.

Il est là pour nous mettre en lien.

Le yoga est là pour toi. Pour ton épanouissement. Selon tes envies. Tes limites, tes besoins. Le yoga est là pour s’adapter à toi.

Et NON L’INVERSE.

 

Je le redis. LE YOGA EST LA POUR S’ADAPTER À TOI. A TON CORPS. Et non, ce n’est pas à toi de t’adapter au yoga. Je le redis car cela arrive trop souvent, d’être projeté dans des cours au finalement, il faut « entrer » dans la posture.

C’est oublier que le yoga est au service et non l’inverse.

 

Cours de yoga accessible à Genève

Si tu souhaites pratiquer avec moi, j’ai mis en place un cours public de yoga accessible à Genève.

  • Cours de yoga doux et accessible à Genève
  • Tous les jeudis matin 9h00-10h00
  • A Plainpalais, à l’Institut SoHappy, 28 rue de Carouge
  • Inscriptions en ligne : www.so-happy.ch

 

 

Plus de ressources liées au yoga accessible :

Mon article « Ce que le yoga m’a appris »

Ma page instagram où je parle beaucoup de yoga accessible

Le site web de l’organisation Accessible Yoga