About Sophieberdoz

This author has not yet filled in any details.
So far Sophieberdoz has created 11 blog entries.

Yoga doux : pour un yoga accessible !

Pour un yoga accessible !

 

L’accessibilité je baigne dedans.

J’y ai été plongée contre mon gré. J’ai failli m’y noyer. Quand ma vue a baissé à 22 ans, j’ai soudain découvert ce monde nouveau : le monde de l’accessibilité, ou plutôt du manque d’accès. Monde de FERMETURE, de RENONCEMENTS, de déceptions. D’EXCLUSION. D’isolement. N’ayons pas peur des mots.

Comment prendre le train, si je n’arrive pas à lire les destinations ? Comment commander à manger, si je ne peux pas lire le menu ?

Comment suivre ce cours de yoga, alors que le studio est tellement lumineux que je suis terriblement éblouie ? Puis-je demander à l’enseignante de baisser un peu les stores ? Et si elle me dit non, dois-je insister ? Vais-je passer pour arrogante si je porte mes lunettes de soleil à l’intérieur ? (…)

Voici un petit aperçu.

Si petit.

 

J’ai longtemps internalisé le problème. Je m’en suis tenue RESPONSABLE. J’ai avalé ma colère et ma déception d’être EXCLUE de bien des événements. D’être mise en marge.

Car avant le handicap, j’avais une vie normale. La liste des RENONCEMENTS est bien longue. Bien trop longue. Plongée dans ma propre histoire, je suis devenue de plus en plus défaitiste.

MON CORPS ÉTAIT LE PROBLÈME. Si le monde me montrait que je n’avais PAS MA PLACE, en raison DE MON CORPS, alors c’était mon problème.

 

L’accessibilité compte

#accessibilitymatters

Mais c’était un MENSONGE.

L’accessibilité ne me concernait pas que moi. Ce n’était pas mon problème mais un problème de société, qui concerne des millions de personnes. Pour des raisons différentes.

Ces autres personnes arrivaient peut-être à lire le menu au restaurant, mais peut-être ne pouvaient-elles pas si rendre, à cause de crises d’angoisse. Ou parce que la foule les épuisaient. Peut-être elles aussi, avaient dû quitter l’université, mais en raison de leur handicap auditif. Ou parce que les salles n’étaient accessibles que par des escaliers.

 

C’est là que j’ai compris.

L’accessibilité est POLITIQUE. Elle nous concerne tous. En tant que société, nous devons faire le choix conscient de REMETTRE L’HUMAIN AU CŒUR. Et non d’exclure.

 

Au coeur du yoga

Je me suis demandé comment je pouvais agir, à mon niveau. J’ai trouvé ma réponse dans la communauté extraordinaire qu’est le YOGA ACCESSIBLE. Bien au-delà des postures, cette communauté se soucie d’être au service de la communauté. D’offrir un espace préservé, un espace-ressource.

Par essence, le yoga est au service de la communauté.

Il est là pour nous mettre en lien.

Le yoga est là pour toi. Pour ton épanouissement. Selon tes envies. Tes limites, tes besoins. Le yoga est là pour s’adapter à toi.

Et NON L’INVERSE.

 

Je le redis. LE YOGA EST LA POUR S’ADAPTER À TOI. A TON CORPS. Et non, ce n’est pas à toi de t’adapter au yoga. Je le redis car cela arrive trop souvent, d’être projeté dans des cours au finalement, il faut « entrer » dans la posture.

C’est oublier que le yoga est au service et non l’inverse.

 

Cours de yoga accessible à Genève

Si tu souhaites pratiquer avec moi, j’ai mis en place un cours public de yoga accessible à Genève.

  • Cours de yoga doux et accessible à Genève
  • Tous les jeudis matin 9h00-10h00
  • A Plainpalais, à l’Institut SoHappy, 28 rue de Carouge
  • Inscriptions en ligne : www.so-happy.ch

 

 

Plus de ressources liées au yoga accessible :

Mon article « Ce que le yoga m’a appris »

Ma page instagram où je parle beaucoup de yoga accessible

Le site web de l’organisation Accessible Yoga

 

Yoga doux : pour un yoga accessible !2020-06-21T13:43:00+00:00

État vibratoire et mal-être au travail

État vibratoire et mal-être au travail 

En tant que sophrologue, mon rôle est d’accompagner des personnes vivant des situations de mal-être au travail. Le monde professionnel actuel est source de nombreuses pressions, internet n’ayant fait qu’accélérer le rythme. Pour beaucoup d’entre nous, l’équilibre vie professionnelle / vie privée est rompu.

Burn out, mobbing, stress chronique, insomnies, mal-être, épuisement. Ce sont vraiment des sujets de société.

 

Regard croisé entre sophrologie et états vibratoires

Petit-à-petit, j’ai commencé à mêler mes acquis de sophrologue et de bioénergéticienne. Cela m’a apporté une nouvelle approche, qui me permet d’accompagner mes clients de manières plus précise.

Dans cette vidéo, j’explique l’importance de notre état vibratoire dans notre perception du monde professionnel et de ses challenges.

 

 

 

État vibratoire et mal-être au travail2020-06-21T14:00:22+00:00

Magie de la connexion à la terre

J’écris ce texte depuis mon immeuble du plein centre-ville. Un petit immeuble dans une rue pleine de bars et restaurants. Le déjeuner sur le balcon est couvert par le bruit du trafic. Mon tapis de yoga je le déroule plus régulièrement sur le bitume que sur l’herbe. Mais malgré cela, je vais parler de CONNEXION À LA NATURE. Et fait, justement.

Parce que j’ai cru pouvoir m’en passer.

 

Connexion en question

Prendre les transports, porter des vêtements chics, être à l’heure, déjeuner au travail avec mon petit plat à l’emporter, rentrer chez moi. Allumer Netflix. 

Bon. Je crois qu’on connaît tous ça.

Et j’ai pris mon corps pour, comment dire un corps d’humaine. Un corps, comme dans les publicités, dans les films. Je me suis habillée, j’ai foulé la ville en long et en large. Jusqu’à ce que je sois épuisée, éreintée, au bout du rouleau. Malgré la fatigue j’ai continué, parce que, je n’avais pas vraiment le choix. Et je ne comprenais pas d’où venait ma fatigue.

Jusqu’à ce qu’un soir, en rentrant du travail, je cède. J’avais besoin d’aller dans ce parc, même si j’avais encore des tas de choses à faire. De toute façon mes pieds ne me portaient plus. Alors comme une gamine qui redécouvre le monde, j’ai trouvé un très grand arbre. Je me suis assise au pied de son tronc, sur l’une des racines. J’étais gênée de m’assoir sous cet arbre, d’enlever mes chaussures, de poser mes pieds sur le sol et de ne rien faire. De respirer.

Que vont penser les gens ? 

 

Revenir à la terre

M’extraire du « programme », du rythme quotidien. Pour être.

S’extraire de ce qui est habituel, routinier. C’est le moment ou la conscience revient. Petit moment de conscience, qui s’installe. 

Sa te dit quelque chose, non ? Ces PETITS MOMENTS SACRÉS, ces petits moments de RUPTURE. Ces instants où l’on presse sur « pause ». Ou tu changes de trajectoire, et où tu fais quelque chose d’étrange.

Le corps est organique. Il fait partie de l’écosystème. En tant qu’humain, nous ne pouvons pas vivre déconnecter de la nature sans en subir des conséquences. 

 

Et si tu suivais ta magie ?

Moi, je crois qu’il est temps d’aller dehors. Il est temps d’ouvrir tes ailes, d’enlever tes chaussures, de réécrire l’histoire. De la réinventer. De prendre ce chemin qui part un peu sur le côté, ce CHEMIN DE TRAVERSE. Ce chemin qui se chuchote depuis des années au creux de tes envies. De ton âme, de ton coeur.

Je crois qu’il est temps d’écouter tes désirs, si longtemps à l’étroit. Temps de MARCHER PIED NU, de sentir la terre, la force. Sentir l’air dans tes cheveux, sur tes tempes. Temps de retrouver la force vitale de ce monde que nous foulons si souvent sans conscience, mais qui je le sais, te murmure, t’invite, à cette écoute.

Car dans le monde, tu es. 

Dans la nature, tu te retrouves.

Et dans le corps, tu avances.

 

NE T’OUBLIES PAS. NE T’OUBLIES PLUS.

 

 

Avec amour,

Sophie Amandine

Magie de la connexion à la terre2020-05-26T13:38:41+00:00

Le yoga du chaos

 

Durant la quarantaine j’ai découvert mon goût pour le chaos. J’ai aussi découvert que le chaos allait bien avec le yoga, que ce n’était pas deux choses antagonistes. 

 

Optimisation et dépassement de soi

Je ne sais pas vous, mais rester chez moi toute la journée a passablement changé ma pratique. Avant j’enseignais, je prenais des cours dans d’autres studios, je me formais. Beaucoup de mon énergie allait finalement vers l’amélioration, l’optimisation. Je me disais que je progressais. J’apprenais de nouvelles choses, découvrais de nouveaux enseignants, de nouvelles postures. Il me semblait avancer. Et c’était confortable, car toute la société nous enseigne le dépassement de soi, l’optimisation, le progrès.

Nous sommes toujours poussés à tendre vers quelque chose, à ambitionner un progrès, une avancée. Et si ce n’est pas une avancée, au moins une idée.

Quelque chose.

 

Le yoga du chaos

Mon yoga du confinement a commencé dans cette dynamique, c’était un yoga très yang, très intense, très physique. Je n’avais pas l’habitude d’être aussi peu active, soudain je ne marchais plus. Alors au début, mon yoga était vraiment très intense. Et j’ai adoré. J’en avais besoin ainsi, c’était mon énergie, c’était juste. Et puis quelque part j’en étais fière – c’était facile, car d’une certaine manière il correspondait à ces valeurs d’amélioration, de réussite. 

Et puis les semaines ont passé, et je me suis sentie de plus en plus épuisée. Ma pratique personnelle est devenue plus sombre, plus dense, plus lente. Cela m’exaspérait de découvrir mon corps dans cette lenteur, cette fatigue. Mais j’étais vraiment fatiguée. Le confinement m’a forcé à faire une pause dans cette course folle qu’était ma vie (une très belle course, mais une course néanmoins). Je crois que mon corps en a profité pour souffler. 

Sauf que je n’étais pas satisfaite. Souvent ma pratique n’était faite que de méditation et de quelques mouvements. Je me sentais chuter, perde, revenir en arrière. Et plus ma pratique était lente, plus je réfléchissais au chaos. Aux ombres, à mes aspects plus sombres. A mes difficultés. Mon yoga est passé d’une phase solaire, dans laquelle je faisais des flows rapides, légers à une phase lunaire, lente, sombre, introspective. 

 

Chaos, doutes, ruptures

J’ai compris aux fils des semaines, qu’embraser tout ce que je suis était justement le yoga. J’ai commencé à aimer mon chaos, à l’écouter. Accepter ces moments où je ne progresse pas, ou du moins pas visiblement. Accepter ces moments où je semble même reculer, et où mon corps est épuisé. Accepter la lenteur. Accepter la routine. Le manque d’ambition. La fadeur. Le côté terne. 

Accepter aussi le chaos des changements, de ces moments où ce qui était n’est plus. Soudainement. Le chaos du corps, qui ne fonctionne plus comme avant. Parfois tout semble comme un insondable désordre, une tendre chute. Mais il est une beauté dans ce chaos. Je crois qu’il faut savoir écouter ces moments qui semblent ne rimer à rien, ces moments de doute, d’incertitude, de rupture. 

 

Le chaos qui parle de soi

Maintenant je me dis que toute cette recherche effrénée d’optimisation est bien terne. Avancer toujours vers le positif, vers le mieux, c’est une course – et je n’ai plus envie de courir. J’ai envie de m’arrêter, de me sentir. Etre.

Car si dans l’optimisation est aussi l’épuisement, l’oubli de soi, alors dans l’échec, la rupture, la chute, le chaos, est peut-être bien le murmure de l’être.

 

Le yoga du chaos2020-05-21T21:40:13+00:00

Ce que le yoga m’a appris

Le yoga m’a appris de nombreuses choses, et en a déconstruit bien d’autres. J’ai découvert le yoga par hasard (ou pas, découvre-t-on vraiment les choses importantes par hasard ?). J’avais 23 ans, j’étais en guerre, en lutte, en conflit. Cette guerre était toute ma vie.

Cette guerre était intérieure, physique, corporelle. Ma vue avait commencé à baisser à mes 21 ans, alors que j’étais étudiante dans l’environnement. Le monde s’était éloigné de moi. Les choses étaient devenues floues. Et toutes les parts rassurantes de ma vie devenaient inaccessibles, soudainement.

 

La lutte

Alors j’étais en lutte. Retrouver la vue. Ou si ce n’était pas possible, retrouver mes possibles.

Ma lutte était corporelle, ma colère liée à mon corps. Ce corps handicapé. Ce corps inapte. Cette inaptitude qui s’installe et qui crée cette distance avec le monde. Ma vue s’étiolait et la lutte grandissait. Ce corps n’était qu’un incompétent.

Le yoga ne m’a pas amené la paix. On ne trouve pas la paix dans la guerre. Le yoga a mis en valeur les ombres. Il leur a donné une voie.

Le yoga a donné de l’espace à mon corps pour bouger. Dans le mouvement, il y avait tous les cris. Dans le mouvement, il y avait toutes les luttes intérieures. Dans le mouvement, il y avait tous les mots qui n’étaient pas dits, et tous les mots qui ne pouvaient pas être créés.

 

Le mouvement

Dans le mouvement, il y avait mon animalité, ma fougue. Mon corps était toujours jeune, même si ma vue était celle d’une grand-mère. Je me voyais diminuer, m’affaiblir. Je me voyais me perdre dans un monde de moins en moins clair. Le yoga ne m’a pas amené de clarté, ni même au début, de joie.

Le yoga a été la porte des hurlements. Le dialogue dans les cris.

L’écoute. L’écoute de tout ce qui était, même si ce n’était qu’un effondrement. Même si ce n’était que violence. Même si ce qui était n’était que chaos.

Notre société nous pousse à être sportif, attrayant, plein de réussite, de satisfaction personnelle. Le monde du yoga se fait la concrétisation de ces idéaux incessants de satisfaction et bonheur personnel. Je n’y crois pas. Je n’y ai jamais cru. Mon yoga n’est pas un yoga d’épanouissement. Mon yoga a toujours été un dialogue sur ce qui est.

 

Le dialogue

Je crois que la paix ne naît jamais de l’idée d’aller vers le bien. La paix naît de l’écoute attentive des ombres. Je crois que la paix s’esquisse au moment où nous nous écoutons pour ce que nous sommes, des êtres humains imparfaits, parfois dévastés, parfois incompétents, parfois joyeux, et parfois en échec.

Le yoga m’a apporté le dialogue.

Le corps m’a enseigné l’écoute.

Et entre écoute et dialogue, j’ai trouvé la possibilité de m’accueillir.

Ce que le yoga m’a appris2020-05-17T10:34:30+00:00

5 astuces simples pour moins de stress

La crise actuelle amène de nombreux changements, incertitudes et difficultés. Il est tout à fait normal de se sentir stressé par les événements. Tout changement est une source de stress pour l’organisme, aussi vous pouvez vous sentir plus fatigué et plus sensible.

Aussi, j’ai concilié dans cet article 5 astuces de gestion du stress extrêmement simples et concrètes. Toutes ces astuces prennent moins de 5 minutes à être mises en place mais sont cependant très efficaces.

 

1. Marchez pieds nus

Lorsque vous êtes chez vous, pensez à marcher pieds nus. Ce détail va vous permettre de vous ancrer davantage, sans effort. Plus vous êtes ancrés, plus votre corps est apte à gérer le stress. A pieds nus, on ressent mieux les sensations du sol. Cela rend plus présent, plus conscient. Cette présence au corps est un véritable cadeau en terme de gestion du stress.

 

2. Respirez

Il n’est pas indispensable de connaître des techniques complexes pour bénéficier des bienfaits de la respiration. Je vous propose de placer trois rappels par jour sur votre téléphone. Trois rappels pour prendre conscience de votre respiration. Le téléphone sonne, vous prenez conscience de votre respiration, et vous continuez votre journée. Aussi simple que cela.

 

3. Consacrez 30 minutes par jour aux informations

Il est facile de diminuer son exposition aux sources extérieures du stress. C’est souvent d’ailleurs bien plus facile que d’agir sur son état de stress. Je vous propose donc de consacrer 30 minutes par jour aux informations, mais pas plus. Faites de votre environnement (même virtuel) un lieu de paix. Mettez un rappel sur votre téléphone ou un minuteur pour vous aider.

 

4. Utilisez les odeurs

Les odeurs ont un pouvoir extraordinaire sur le stress. En effet, l’odorat est le sens lié au sentiment de sécurité. Jouer avec les odeurs est un excellent réflexe à avoir en cas de stress: cuisiner, sentir des épices, sentir des fleurs. Diffuser des huiles essentielles est aussi une excellente astuce. Votre corps vous remerciera !

 

5. Optez pour un journal

Tenir un journal, même 5 minutes par jour, s’avère incroyable. Je vous propose de noter chaque jour votre niveau de stress sur une échelle de 1 à 10. 1 signifie la détente absolue, 10 un état de panique. Puis ajoutez chaque jour, une activité ou élément qui vous a amené de la détente et un élément qui au contraire, était source de stress. Je vous promets qu’en quelques semaines, vous serez beaucoup plus conscient de votre fonctionnement.

 

Cet article vous a été utile ?

Vous souhaitez une dose quotidienne de relaxation simple et rapide ? Je partage tous les jours des vidéos de gestion du stress durant la quarantaine, sur ma page Instagram ! .

Durant la quarantaine, je propose également en partenariat avec l’Institut SoHappy cours de relaxation en ligne, de 17h à 18h du lundi au vendredi.

 

Cet article a été publié également sur le blog de Mydailycoach : Voir le blog !

 

5 astuces simples pour moins de stress2020-04-28T18:02:31+00:00

3 outils pour créer des cours de yoga en ligne adaptés aux personnes malvoyantes

Comment rendre un cours de yoga en ligne adapté aux personnes malvoyantes ?

La crise sanitaire actuelle a amené de profonds changements dans le monde du yoga. Les studios ont fermé. Les enseignants se sont retrouvés face au numérique : donner des cours en ligne, cela change beaucoup de chose. Le milieu du yoga vit une profonde remise en question, et de nombreux magnifiques projets en émergent !

Le web est un atout en terme d’accessibilité. C’est pourquoi, je pense que cette période peut nous permettre en tant qu’enseignant, de réfléchir à l’accessibilité de ce que nous offrons. Le yoga est par définition accessible ; rendons le encore plus grâce à ce merveilleux outil qu’est le web ! 

 

Offrir de l’accessibilité

Le web présente bien des avantages en terme d’accessibilité : un cours en ligne ne demande pas de se déplacer, le son peut être augmenté selon les besoins, il est possible de réécouter certains passages, de mettre en pause.

De plus, les ordinateurs et tablettes proposent plein d’options d’accessibilités qui permettent à beaucoup de gens d’adapter l’ergonomie de leur ordinateur. Le web est un atout, et je souhaite que la crise actuelle nous permette de nous en rendre compte.

J’ai moi-même un déficit visuel léger, et il fréquent que je ne suive pas un cours de yoga en ligne en raison de la concentration que cela me demande. Le yoga est un moment de bien-être et de détente, cela doit l’être également pour une personne ayant un handicap. Ce qui est intéressant, c’est que les différences entre un cours en ligne accessible et un autre difficile à suivre sont petites. L’accessibilité est souvent dans le détail, et avec le web c’est encore plus vrai.

 

3 idées pour plus d’accessibilité

  1. Porter des vêtements colorés et contrastés :

Porter des vêtements contrastés permet aux personnes malvoyantes de mieux vous percevoir à l’écran. Les contrastes ressortiront plus et vos mouvements seront plus facilement perceptibles.

Pour les cours en ligne, il peut aussi être intéressant de vous démarquer du fond. Si le mur est blanc, portez par exemple une couleur comme le rouge ou l’orange.

  1. Utiliser un micro :

La qualité du son est intéressante de manière générale en terme d’accessibilité. Dans le cas du handicap visuel, c’est primordial.

Une personne malvoyante va se baser beaucoup plus sur le son qu’une personne pouvant se référer à la vision. Cela demande beaucoup de concentration de suivre un cours uniquement ou majoritairement à l’oral. Utiliser un micro permet d’offrir un son de qualité et donc de diminuer l’effort d’attention.

  1. Penser à décrire le plus possible les séquences, y compris les transitions :

Souvent, en tant qu’enseignant nous décrivons les particularités des postures, mais en terme d’accessibilité il est utile de décrire des éléments qui paraissent évidents. Par exemple, « se lever », « se redresser », « s’allonger ». Pour un yoga accessible, il faut considérer la posture de manière globale. Les détails ont aussi leur importance, mais ils n’ont de sens que si la base est claire.

Une autre chose est de penser aux transitions entre les postures. Des informations telles que « avancez le pied droit, tournez-vous sur le côté, revenez à l’avant du tapis » sont primordiales pour permettre de rester dans le flow. Pour vous aider, fermez les yeux et décrivez vos mouvements.

 

Le web pour nous réunir :

L’isolement que nous vivons avec la quarantaine est pour beaucoup de personnes handicapées quelque chose de quotidien. Il est important de s’en rappeler lorsque nous proposons des services en ligne.

Le web peut être au service de nous rassembler, de créer des liens et d’offrir des espaces de soin. C’est un merveilleux outil ; à nous de créer des contenus qui profitent à tous !

Si vous avez des questions à ce sujet, n’hésitez pas me contacter. J’y répondrai avec plaisir !

 

Sophie Amandine

 

Pour aller plus loin :
  • Pour plus d’idées pour améliorer l’accessibilité de vos cours, rejoignez-moi sur  Instagram ! J’y partage quotidiennement des informations sur le handicap et le yoga accessible.
  • Découvrez aussi comment offrir un Yoga accessible aux personnes malvoyantes en studio dans mon article précédent.

 

 

3 outils pour créer des cours de yoga en ligne adaptés aux personnes malvoyantes2020-04-23T14:46:44+00:00

Un yoga accessible aux personnes malvoyantes

Comment rendre un cours de yoga accessible aux personnes malvoyantes ?

Ayant moi-même un déficit visuel léger, j’ai toujours trouvé que le yoga avait un potentiel immense en termes d’accessibilité, et c’est même la raison pour laquelle j’avais débuté.

Vous êtes enseignant, responsable d’un studio ou proche d’une personne ayant un handicap? Voici quelques clefs simples.

Pourquoi le yoga est accessible :

Le tapis offre une délimitation claire de l’espace. C’est une zone de sécurité. Le tapis est un espace facilement maîtrisable, dans lequel il n’y a aucun risque d’être dérangé subitement. Le yoga est l’une des seules pratiques corporelles qui offre une frontière aussi claire entre espace personnel et espace collectif.

Les mouvements sont lents et souvent répétitifs. Les enseignants font en général en sorte qu’il soit possible de suivre les yeux fermés, à l’inverse d’un cours de danse par exemple.

La musique est généralement douce et calme. Une personne malvoyante devra déjà fournir un effort important de concentration pour suivre un cours à l’oral. Aussi, une activité dans un lieu bruyant ne peut pas être synonyme détente. A titre d’exemple, je me souviens de ma reprise d’études à l’université. Mon déficit visuel m’empêchait de lire les notes des enseignants à l’écran ou de suivre les graphiques projetés. Je devais donc redoubler d’attention pour suivre l’entièreté du cours par oral, ce qui était absolument épuisant, et si la classe était bruyante ça n’était plus possible du tout. C’est la même chose pour une personne malvoyante qui ne perçoit pas vos mouvements, avec une musique très présente comme dans un cours de danse, ça complique encore les choses.

3 clefs pour améliorer l’accessibilité d’un cours de yoga : 

  1. Habillez-vous de manière colorée et contrastée

Oubliez le total look noir, plus c’est coloré et contrasté mieux c’est ! Généralement, quand j’enseigne je porte un haut de couleur vive. Je me vernis aussi les ongles des pieds en rouge. Pourquoi ? Le handicap visuel est un spectre. Les personnes handicapées ne sont pas toutes aveugles. Nombre d’entre elles ont une acuité très basse, d’autres souffrent d’un champ visuel rétréci (et la liste est encore longue). Penser le handicap comme un continuum et non comme une catégorie binaire est vraiment essentiel. Cela permet de mieux s’adapter en tant qu’enseignant/e. Ainsi, en vous habillant de manière contrastée, vous permettez à une partie des personnes dans le spectre de percevoir vos mouvements et vous situer dans la pièce.

  • Décrivez très précisément les lieux 

Et en termes de lieux pensez très large ! Décrivez l’entrée du bâtiment : y a-t-il une marche ? Un ascenseur ? A quel endroit ? Pensez à décrire le studio : les vestiaires, l’entrée de la salle, le comptoir. Les toilettes sont très importantes : veillez à décrire non seulement l’emplacement dans le studio, mais également l’intérieur. Enfin, dans la salle, expliquez la forme de la pièce, la localisation des tapis et autres matériels. Pour plus de convivialité, je place toujours les participants en cercle, et je fais un tour du cercle en précisant le prénom de chacun. Au-delà du lieu il y a en effet également l’aspect social. Savoir qui se trouve où permet aux participants d’entrer en contact facilement.

  • N’ajustez pas les poses et ne touchez pas les participants 

Voici le dernier élément primordial. Je sais que dans bien des cours, les enseignants ajustent les élèves. Dans le cadre du handicap visuel c’est absolument à éviter ! La zone personnelle d’une personne dans le spectre du handicap visuel est différente, ainsi que sa perception spatiale. Pensez qu’elle ne vous verra sûrement pas vous approchez, et sursautera à votre contact. C’est extrêmement insécurisant. Quand vous pensez handicap visuel, pensez également à perception corporelle différente.

Offrir de l’accessibilité

Enfin, n’hésitez pas à poser des questions. Le handicap a besoin de mots et de dialogue. Les limitations apparentes ne sont limitations qu’en cas de manque d’échanges. Un handicap ne signifie pas l’exclusion ; il signifie simplement faire différemment. En tant qu’enseignants, nous avons la possibilité d’agir consciemment en ce sens.

A ce titre, je trouve intéressant de relever le fait que le handicap met surtout en évidence les insécurités personnelles que l’on peut avoir en tant qu’enseignant. Il faut en effet avoir une certaine sécurité intérieure pour accepter d’être emmené dans des univers flous, que nous ne maîtrisons pas. Enseigner un yoga accessible c’est accepter de se remettre en question et modifier ses propositions en permanence.

Aller plus loin :

Si le sujet vous intéresse, je vous conseille vivement le livre Accessible Yoga, Poses and proactices for every body de Jivana Heyman, fondateur d’accessible yoga. Le livre de Diane Bondy Yoga for everyone : 50 poses for every type of body offre également une très belle approche.

 

 

 

 

 

 

 

 

Un yoga accessible aux personnes malvoyantes2020-01-25T14:51:12+00:00

Symboliques liées au yoga des yeux

Symboliques liées au yoga des yeux

 

Un yoga pour la vision

Ayant moi-même un déficit visuel, j’ai découvert le yoga des yeux il y a plusieurs années. Ce yoga de la vue m’a apporté un profond mieux-être. En effet, il contribue au relâchement des tensions musculaires. Car, oui, il est possible de prendre soin de vos yeux ET il est également possible de relâcher les muscles de vos yeux !

Cette approche holistique s’intéresse tout autant à la dimension physique qu’à la dimension émotionnelle. Suite à un Atelier de yoga des yeux que j’ai donné dans le cadre de la Semaine du bonheur au travail, voici quelques informations sur les symboliques associées aux yeux.

 

Symbolique de l’oeil gauche :

  • Lié à l’émotionnel et au féminin,
  • Symbolise le fait de voir clairement ce que vous ressentez.

 

Symbolique de l’oeil droit :

  • Lié à la volonté et au masculin,
  • Symbolise le fait de voir clairement ce que vous désirez.

La myopie :

La myopie est un trouble de la vision de loin. L’état émotionnel associé est le suivant :

  • Sentiment d’insécurité,
  • Peur du futur, qui est perçu comme difficile,
  • L’attention est portée vers l’intérieur, l’idée est de se retirer dans sa « bulle ».

 

L’hypermétropie :

L’hypermétropie, au contraire, est un trouble de la vision de prêt. L’état émotionnel associé est le suivant :

  • Sentiment de culpabilité ou de colère,
  • Ressenti lié au passé, impression d’avoir mal fait quelque chose « j’aurais dû faire cela » ou « j’aurais dû dire ceci »,
  • L’attention est portée vers l’extérieur.

 

L’astigmatisme :

L’astigmatisme est un trouble de la vision dû à une irrégularité de la courbure de l’oeil. Les formes sont déformées.

  • Sentiment de doute de soi, de ses émotions et envies
  • Difficulté à valider et exprimer clairement ses ressentis et envies.

 

La symbolique pour plus de bienveillance

Atelier de yoga des yeux

Voici quelques symboliques associées aux troubles visuels. Finalement, le yoga des yeux et la symbolique m’ont permis une approche nouvelle de ma vision. En effet, j’ai développé une bienveillance et une attention nouvelle.

Et vous ? Que pensez-vous du lien entre émotion et physique ? Partagez votre avis et expérience sur la Page facebook !

 

 

Symboliques liées au yoga des yeux2019-09-21T22:58:47+00:00

Le yoga-livre de l’été !

Le yoga-livre de l’été !

J’avoue, j’ai attendu ce livre depuis … si longtemps. lI m’aurait été si utile lorsque j’ai débuté ! Tu sais, quand tu souffres dans le chien tête en bas, alors que d’autres semblent béats …

 

Une pratique adaptée à toi 

Alors je ne peux que te conseiller ce livre hors du commun ! Dans l’univers médiatique du yoga, il est en effet facile de s’informer sur des postures très avancées. Par contre, trouver des variantes et une approche créative relève du défi. 

En cours, les enseignants ignorent parfois les personnes dont la mobilité est réduite. En général, c’est simplement par manque de connaissance. Car adapter demande beaucoup d’expérience. Sa tombe bien, car c’est la spécialité de Dianne Bondy !

 

Un yoga créatif Yoga for everyone Diane Bondy

Le livre revisite les grands classiques du yoga, en proposant pour chaque pose trois variations. Des variantes avec des blocs, chaises, sangles et murs sont présentées. De quoi trouver une pratique adaptée à tes besoins ! Mais le livre va plus loin : il présente également huit modèles. Des personnes de tous âges, de toutes morphologies, certains avec des handicaps. 

 

Un yoga pour la diversité 

Cette diversité, ça fait du bien. Découvrir la pratique des modèles, c’est à la fois très motivant et très rafraîchissant ! Et cela nous rappelle que le yoga est par définition bienveillant et au service de l’être. J’attends tes impressions !

 

Référence :

Bondy, Dianne (2019). Yoga for everyone : 50 poses for every type of body. Indiana : Penguin Random House, 255p.

Le yoga-livre de l’été !2019-08-03T17:51:15+00:00
Load More Posts